Du plaisir à la passion

Il existe bien des raisons de courir et pour moi, tout à débuté après la naissance d’Evan. Souhaitant perdre rapidement mon surplus de poids et ayant vu mon mari perdre 50 livres en un an grâce à sa reprise en course à pied, j’ai opté pour ce sport facile à pratiquer : on enfile sa paire de running et c’est parti. J’aime ce loisir et en plus c’est bon pour ma santé!
Au bout de quelques mois, voire une année, le loisir devient une passion, je m’inscris à une course, puis une autre. La recherche d’amélioration à courir plus vite, plus longtemps prend souvent le dessus sur la pratique santé. Je suis rapidement passée d’une pratique loisir à une pratique constante d’amélioration. Je me renseigne sur internet, dans les livres, les magazines et je m’inscris dans un club. Mon entraînement se structure avec des plans d’entraînement, des séances fractionnées, une planification annuelle et je constate de réels progrès. La course à pied devient alors une sorte d’addiction autant sociale que physiologique . Elle me permet de faire la connaissance de nouveaux amis qui ont en commun cette même passion, et qui me comprennent, ce qui n’est pas toujours le cas dans l’entourage habituel (famille, amis, travail). 
Parfois j’étais satisfaite de mes chronos, parfois non. Quant à la motivation, elle était parfois à son pic, d’autres fois totalement absente. Je dirais que mes entraînements étaient plutôt en dents de scie.
Après la recherche de l’amélioration du chrono, est venue ma MOTIVATION PROFONDE.
QHAH3358-rt20x30-830

Motivation profonde

Je me suis reposée la question : Pourquoi je cours? je voulais trouver ma motivation profonde et authentique. Un jour, après la lecture du livre de Daniel Blouin : Sorties de zone, j’ai tout de suite réalisé qu’il était temps pour moi aussi de sortir de ma zone de confort. Je souhaite apporter un message d’espoir au monde entier et je vais le transmettre en réalisant un grand défi de course à pied. C’est devenu au fil du temps le Grand Défi Tetrotop : courir plus de 1000 km de Québec à Mainvilliers en France (Québec-Halifax-Paris-Mainvilliers) le 1er septembre 2019 pour rejoindre mon frère qui vit des difficultés de santé mentale et qui a perdu tout espoir.
En 2016, la course à pied m’a permis de sortir d’une dépression. Je me souviens que la docteure m’avait recommandé de marcher 30 minutes par jour. Sur le coup, je suis restée bouche bée, j’avoue que je ne m’attendais pas à ce genre de prescription et ce fut de loin la meilleure solution pour me sortir de cette maladie merdique. Aujourd’hui, je ne marche plus, je cours! Merci Doc.
Ma motivation profonde m’a permis dimanche dernier, lors du marathon de Québec de vivre une compétition de course à pied avec une toute nouvelle vision pour moi :
44228333_254127171966954_6582920203057758208_n (1)

Nouvelle vision

Adepte de vitesse et inscrite au demi marathon, je visais à nouveau l’amélioration de mon dernier chrono sur cette distance qui est d’1 h 40. Je demande à mon coach et mon mari chéri : Titi, penses-tu qu’avec mon entraînement pour le Grand Défi Tetrotop, je suis quand même préparée pour faire mieux qu’ 1 h 40? No, No, No me dit avec un grand sourire Olivier qui me connaît très bien et qui me rappelle ses recommandations : ton grand défi Tetrotop, c’est pour te préparer à courir plus de 1000 km en moins d’un mois, c’est pas de faire un chrono sur chaque marathon que tu vas réaliser quotidiennement. Tu vas aller me faire du millage que tu dois faire au pace maximum (à ne pas dépasser) de 5:45 minutes du kilomètre.
What? ça m’a pris une semaine à réfléchir à cette nouvelle façon de courir avec un dossard. Quel défi pour moi qui aime tant la vitesse. Comme mon défi me tient vraiment à cœur, j’ai décidé de rester sage et d’écouter mon titi pour cette fois-ci. hihi!
Pour la 1ere fois, je prends le départ du demi-marathon SSQ l’esprit léger. Je me place dans la dernière vague pour rejoindre une amie accompagnée de sa belle-sœur qui faisait sa première course à vie, mais avec plus de 3000 coureurs sur la ligne de départ je ne les vois pas. Le départ retenti et je commence à courir, après 1 km je rencontre Carole avec qui je fais connaissance, on fait quelques kilomètres ensemble. En continuant mon chemin, je prends le temps d’observer les magnifiques ruelles de Québec et tous les spectateurs qui nous félicitent. Je les remercie, je tape dans les mains d’une petite fille. Puis, j’entre dans un tunnel et on fait tous du bruit pour amplifier l’ambiance par l’echo. Je rencontre Jean-Denis et Sonia puis Simon avec qui je me mets à chanter. 
Cette course m’a ouvert d’autres horizons, celle de profiter pleinement de courir et m’amuser avec ma communauté que j’adore. Parfois je ferais des courses pour le chrono mais en tout cas plus tout le temps. Avoir couru ce demi-marathon pour le plaisir m’a permis de continuer à suivre mon programme d’entraînement pour mon défi. J’ai apprécié courir ce demi, Québec est une ville que j’aime, elle a un beau cachet et les gens sont formidables. Cela me rappelle que je suis fière et heureuse d’avoir choisi Québec pour vivre, moi et ma famille, notre nouvelle vie après la France.
QCAE2071-cp20x30-8199

Et toi, qu’est-ce qui te fait courir?

bien hâte de te lire… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *